Interview spécial Trail : Léa Duhet

par sarah kuszowski sur August 11, 2021

-Présentes-toi en quelques lignes : Nom, prénom, âge, profession, loisirs, passion(s), vie de famille etc

Léa DUHET, 24 ans, je suis en formation pour devenir accompagnatrice moyenne montagne. Après mes études en marketing et communication, et plusieurs expériences professionnelles notamment en évènementiel sportif je suis devenue de plus en plus passionnée par le sport outdoor. Ayant vécu en montagne depuis mon enfance, je souhaite développer le tourisme sportif avec le Gîte Restaurant de mon père situé dans la Vallée de la Gordolasque. À côté de cela, j’ai créé un blog personnel ainsi qu’une communauté Instagram sous le nom « lea.nicoise » où je partage mes sorties en montagne et apporte mes conseils sur les itinéraires de randonnées que j’emprunte. Je suis un peu baroudeuse, j’adore voyager et découvrir de nouvelles destinations mais je reste très attachée à ma région d’origine ! 

-Pourquoi le running et qu'est-ce que ça t'apporte au quotidien ? (à quel âge as-tu commencé, pourquoi ce sport, quels sont ses bienfaits, comment te sens-tu après  etc) 

J’ai essayé beaucoup  de sports différents, j’ai toujours été sportive mais je me suis mise vraiment régulièrement à la course à pied il y a 3 ans et j’ai rapidement été accro ! 

Avant je courais simplement de temps en temps sur route et je faisais des cours collectifs en salle de sport, du crossfit, j’ai aussi fait de la boxe anglaise en compétition universitaire. 

On va dire que j’ai toujours aimé la compétition, les sports avec du challenge ! 

J’aime me dépasser, qu’est-ce que ça fait du bien de réussir à relever des défis.

Grâce aux sports j’ai vécu des moments inoubliables, des rencontres exceptionnelles, des expériences fortes qui font me sentir vivante !

-Peut-tu nous raconter ta préparation physique et mentale en amont du trail de l'Utecam ?

Avant une course j’essaye de ne pas paniquer, et de me faire confiance, je sais que je me suis préparée comme j’ai pu et que je me donnerai au maximum. 

Forcément j’ai toujours une appréhension de peur de ne pas me sentir bien, de me blesser mais c’est une adrénaline qui est agréable. 

Quand je peux je fais une séance de yoga et relaxation dans la dernière semaine, où j’essaye de « faire du jus » et m’économiser pour en avoir dans les jambes le jour de la course. 

Le plus gros de la préparation ça était cet hiver avec des entraînements spécifiques mais aussi croisés avec d’autres sports comme le ski de randonnée et le vélo. 

-Comment s'est déroulé ta course ? (ressentis, péripéties ...)

Je savais que je devais partir vite, le sentier était rapidement étroit et après c’est très compliqué de doubler donc je devais bien me placer. 

Au final, je comprends vite que j’étais la deuxième fille. Ne sachant pas où en était la première et la troisième, le plus important est de s’écouter je voulais quand même garder de l’énergie je savais qu’il y avait qu’une montée mais longue (plus de 1000m de dénivelé d’une traite). 

Je me sens un peu chez moi dans la vésubie donc j’ai pris beaucoup de plaisir et je me suis sentie bien. Arrivée au sommet du Pépoiri je savais que la première était loin devant (8 minutes), mais je l’ai rapidement rattrapé à la descente. 

J’adore prendre de la vitesse, me sentir voler donc j’ai déroulé et quand les signaleurs sur le parcours m’ont dit que je me rapprochais, je me suis sentie pousser des ailes ! Je l’ai doublé 4km dans la dernière descente je me sentais vraiment bien, juste un peu déshydraté mais ça ne m’a pas empéché de décrocher cette première place ! Une course exceptionnelle, des rencontres avec d’autres traileurs, bénévoles … bref mémorable !

-As-tu des conseils à donner à celles qui pratiquent le trail ou qui aimeraient se lancer ?

Il ne faut pas avoir peur, il faut s’écouter et y allait progressivement pour ne pas se dégouter. Commencer par marcher en montée et petit à petit essayer de monter plus rapidement. Tout dépend si vous êtes déjà un coureur sur route, un randonneur, vous aurez plus ou moins de l’appréhension à la descente mais il ne faut pas se précipiter quand on voit des traiteurs meilleurs que soient c’est pas agréable mais on est tous passé par là ! L’esprit trail c’est quand même exceptionnel je vous conseille d’essayer on devient vite accro :)

-Quels sont tes projets futur dans la course?

J’aimerais essayer des formats plus longs l’année prochaine, ça me donne envie même si forcément ça fait un peu peur, on apprends à mieux se connaître, se gérer. Et c’est un rythme plus lent aussi. 

Je ferais quand même quelques formats courts parce que j’aime la vitesse et la compétition aussi ! Sur de l’ultra trail c’est différent, c’est plus de l’introspection. 

Laisser une réponse
RETOUR AU SOMMET